La gestion différenciée

La gestion différenciée

Un peu de culture… Gestion différenciée

La gestion différenciée

« Entretenir autant que nécessaire, mais aussi peu que possible »

Née dans les années 1990, cette nouvelle méthode de gestion se définit différemment par chacun. Mais tous s’accordent sur la citation précédente.

Cette méthode prône la gestion de chaque espace en fonction de lui-même, et non plus seulement de l’aspect général ; dans une démarche plus durable. Par exemple : les berges de la Sorgue sont débroussaillées ou non, ou à partir d’une certaine hauteur, en fonction de leur proximité avec la rivière. Les végétaux les plus proches poussent à leur guise, jusqu’à former une haie naturelle, alors que ceux plus proches du cheminement sont coupés.

On étudie et gère l’espace au cas par cas de ses habitants et ce qui le constitue.

Et pour cela, quelle(s) méthode(s) ?

On réalise un plan de gestion afin de mettre à plat les différents enjeux : cadre de vie, environnement, liaisons entre les espaces, contraintes (économiques, techniques et fonctionnelles), et les attentes et usages des habitants. On procède à un état initial : les atouts, les potentiels, et les faiblesses du territoire ; les moyens matériels et humains dont on dispose, et la gestion actuelle menée.

On établit des objectifs de gestion : points positifs à préserver, points négatifs à supprimer, potentiels à développer…

Puis on met en œuvre un plan d’action : après avoir « zoné » l’espace, on planifie les actions d’entretiens et de gestions.