Le martin pêcheur

Le martin pêcheur

Le Martin pêcheur, oiseau aux belles couleurs

Le martin pêcheur

Cui Cui… Coucou !

Je suis un petit oiseau, d’environ 16 cm et 40g ; et j’apprécie avoir mon territoire. Tous les matins, je fais le tour de ma zone de pêche située près d’eaux claires et abondantes en poissons. Je la survole au ras de l’eau. Mon vol très rapide me vaut le surnom de « Flèche Bleue ».

Même si je suis capable de distancier ma zone de pêche et mon nid de quelques centaines de mètres, je préfère qu’il y ait de la végétation autour de l’eau pour avoir les deux à proximité.

Je suis un frileux, j’aime les falaises calcaires qui se réchauffent facilement au soleil. Je crains les hivers et le froid. Je reste dans mon domaine de prédilection tant que celui-ci n’est pas recouvert par la glace. Auquel cas, je migre, et parfois sur plusieurs milliers de kilomètres.

Je me nourris de petits poissons, de larves et de têtards. Pour repérer mes proies, je peux voler en stationnaire quelques instants au-dessus de l’eau, ou alors je me perche sur des branches.

Pour attraper et manger ma proie, je vole très rapidement et je percute la surface de l’eau. Je l’attrape et je l’avale d’un coup, la tête la première dans le sens des écailles. Si je l’ai attrapé dans le mauvais sens, je la lance en l’air et je la rattrape dans le sens qui me convient. Après avoir digéré, je rejette une pelote de déjection : elle contient les arrêtes des derniers poissons que j’ai mangés.

Pour nous reproduire, c’est le mâle qui creuse un terrier et qui le propose à la femelle après avoir fait la parade nuptiale. C’est au printemps et durant l’été que nous avons des petits. Souvent, on élève deux nichées à la suite, c’est-à-dire deux couvées différentes. Dès que nos oisillons ont 4 semaines, ils sont aptes à se débrouiller tout seuls et on les chasse du nid.

Mon espèce est largement repartie dans le monde. Nous ne sommes pas menacés, néanmoins, nous sommes une espèce protégée.

J’espère te revoir vite !