Renouvellement des diffuseurs d’air sur la station d’épuration de l’Isle sur la Sorgue.

15 janv. 2021

Renouvellement des diffuseurs d’air sur la station d’épuration de l’Isle sur la Sorgue.

SUEZ a mené au cours des mois d’aout, septembre et octobre 2020, d’importants travaux afin de pérenniser la station d’épuration de L’Isle sur la Sorgue et de toujours mieux répondre à la préservation des milieux aquatiques et de l’environnement.

Ces travaux portant sur le remplacement des diffuseurs d’air dans les bassins d’aération permettront à la station communale d'optimiser le traitement opéré sur les eaux usées tout en optimisant sa performance énergétique.

Des diffuseurs d’air ?

Le traitement des eaux usées de la station d’épuration de l’Isle sur la Sorgue repose sur un procédé biologique qui utilise différents types de bactéries et autres micro-organismes qui consomment la pollution organique et nettoient ainsi les eaux usées. Un apport d’oxygène, grâce à des diffuseurs d’air, permet à ces organismes de se développer et d’avoir une action performante sur la pollution.

Ce système d’aération datant de la construction de la station en 1996, était incrusté de dépôt de sable, de cailloux et autres lingettes. Tous ces éléments perturbaient fortement le travail de ces raquettes d’aération. Un changement des diffuseurs était donc devenu nécessaire pour maintenir une efficacité du traitement des eaux usées.

SUEZ a donc procédé au remplacement des 1 363 diffuseurs « fines bulles » de la station. Ces travaux ont duré près de 3 mois mobilisant de gros moyens : hydrocureurs, grutier, bennes, …

Philippe ROUX, vice-président en charge de l’assainissement est venu assister à ce travail particulier, en présence des services techniques de la CCPSMV. Florian FABRE, responsable d’exploitation pour SUEZ EAU FRANCE a pu expliquer à chacun le déroulement de l’opération de son équipe.

L'opération, d'un coût total de 100 000 € HT, va permettre une diminution de la consommation énergétique par l’amélioration de l’aération. Il s’agit d’une des interventions les plus importantes à réaliser sur une telle installation.

Elle répond entièrement aux objectifs fixés par les démarches de développement durable et de certification ISO 14001 et ISO 50001, dont SUEZ (Eau France ?), est certifiée depuis 2015.


Les chiffres clefs

  • Capacité de la station d’épuration de l’Isle Sur La Sorgue : 40 000 Equivalents Habitants
  • 281 tonnes de compost produites en 2019 à partir du traitement des boues de l’Isle Sur la Sorgue

Le système d’assainissement de l’Isle sur Sorgue concerne 17 500 habitants et regroupe :

  • La collecte des eaux usées avec les 84 km de réseaux d’assainissement et les 35 postes de relèvement.
  • Le traitement des eaux usées avec la station de l’Isle sur la Sorgue

Fonctionnement de la station d’épuration Ville vieille

  1. Le pré-traitement

Dégrillage : Une fois relevées par pompage, les eaux usées sont dirigées vers un dégrilleur fonctionnant comme des peignes mécaniques qui permettent de retenir les déchets les plus grossiers (papier, plastique,…).

Dessablage / Dégraissage : L’eau circule dans 1 bassin de 125 m3 : les eaux s'écoulent doucement, les sables et graviers se déposent au fond alors que les huiles et les graisses remontent à la surface.

  1. Le traitement biologique

Les eaux usées sont ensuite dirigées vers 2 bassins de 6 500 m3 chacun dans lesquels sont élevées des bactéries capables de consommer la pollution. Ces bassins sont équipés de diffuseurs d’air sous forme de fines bulles qui, en oxygénant le milieu, permettent aux bactéries de détruire la pollution. L’excédent de bactéries est appelé « boues biologiques ».

  1. Le traitement physique

L'effluent traité mais qui possède encore des matières en suspension, est transféré vers le bassin de clarification. Sur la Station d’épuration de l’Isle Sur la Sorgue, il y a 2 clarificateurs de 2 265 m3. Dans ces bassins, l'effluent sera débarrassé des matières en suspension par le biais d'un phénomène physique naturel de décantation. Ces dernières vont se déposées sur le fond de l’ouvrage. Un pont tournant racleur ramène les matières décantées vers un puits au centre des bassins. De là, sous pression hydrostatique, la boue est évacuée vers un silo épaississeur. Quant à l'effluent traité et clarifié, il s'évacue par surverse vers le lieu de rejet final : la Sorgue.

  1. Le traitement des boues

Les boues issues du traitement biologique sont acheminées vers 2 centrifugeuses qui assurent leur déshydratation facilitant ainsi leur transport. Ces boues sont ensuite acheminées sur l’usine de compostage « Terres de Provence » à Mondragon afin d’être transformées en compost normalisé.

  1. Le traitement de l’air

Tous les ouvrages et équipements susceptibles de générer des mauvaises odeurs (prétraitement, traitement des boues) sont confinés et ventilés. Les odeurs sont « lavées » chimiquement dans 3 tours de désodorisation. Les odeurs sont ainsi éliminées avant le rejet de l’air traité dans l’atmosphère.

  1. La supervision

De nombreux capteurs installés sur les équipements et dans les effluents surveillent en permanence le bon fonctionnement des installations. Collectées, centralisées et archivées par un réseau d’automates, ces données permettent aux équipes SUEZ d’optimiser la conduite et la maintenance des équipements et de télésurveiller cette usine à distance, 24h/24.

  1. Le milieu récepteur : la Sorgue

La Sorgue est une rivière issue de la Fontaine de Vaucluse qui est la plus importante exsurgence de France métropolitaine.

La Sorgue se partage d’abord en deux en amont de L'Isle-sur-la-Sorgue au niveau du partage des eaux. Elle crée dès lors le « bassin des Sorgues » à partir de deux grands bras, la Sorgue de Velleron et la Sorgue d'Entraigues. Sur cette rivière se développe de nombreuses activités sportives, touristiques et artistiques.